Le vendredi 8 mars dernier,  la Direction Générale et le personnel féminin de MTN se sont retrouvés à l’hôtel Golden Tulip pour faire le bilan des actions entreprises dans le cadre du Programme de Développement des femmes de MTN.

Le Programme de développement des femmes de Mtn est conçu exclusivement pour la promotion des Femmes de Mtn Bénin, leur épanouissement et leur développement personnel. Elle intègre l’ensemble des besoins souvent exprimés par elles à chaque célébration de la Journée internationale de la Femme (Jif). Elle comprend plusieurs mesures innovantes prises en leur faveur et dont elles vont commencer par en bénéficier déjà cette année. C’est la manière pour Mtn Bénin d’aller au-delà des commémorations  festives chaque 08 Mars et de donner un contenu réel à cette journée au profit des femmes de l’entreprise.

Dans son allocution de bienvenue, le Dg/Mtn Bénin Stephen Blewett a souligné que l’une de ses préoccupations dans toutes les sociétés où il passe, est que le poste de Directeur général est souvent tenu par un homme. Changer cela passe par, selon lui, donner les mêmes opportunités aux hommes qu’aux femmes. Et c’est l’une des solutions que vient apporter le Programme de développement des femmes de Mtn sur lequel la Direction a travaillé pendant un an.

Félicitant Mtn Bénin pour l’élaboration d’un tel document, l’invitée d’honneur à cette célébration, la ministre de l’Economie numérique et de la communication Aurélie Adam Soulé Zoumarou constate avec bonheur que la Jif à Mtn va au-delà du saupoudrage habituel qu’on observe un peu partout à travers des manifestations festives. Partant de sa propre expérience d’ingénieur télécoms de profession, elle a félicité ces femmes de Mtn qui ont eu le courage d’embrasser un métier où il y a très peu de femmes. Elle les a invitées à faire le plaidoyer autour d’elles, dans leurs familles, leur entourage pour qu’il y ait davantage de femmes dans les filières technologiques. Car aujourd’hui encore dans le domaine de la révolution numérique, 90 % des applications sont écrites par les hommes. Ce qui, signifie, selon elle, que les applications ne prennent pas en compte la diversité du genre et ne répondent pas aux problèmes spécifiques des femmes.

La reine de « King of Soto » Mabel Adékambi  est l’autre invitée de marque venue partager avec les femmes de Mtn son expérience de femme chef d’entreprise. Rentrée de Paris en 2011, elle a d’abord été gérante des « Résidences Céline Hôtel » avant de créer une agence de communication. Puis elle s’est convertie dans la promotion des produits locaux. C’est comme cela que l’idée lui est venue de travailler la liqueur locale « Sodabi », lui apporter des saveurs exceptionnelles. Ce qui était pour elle juste un test au départ a connu un succès.  De 600 bouteilles seulement en 2015, elle est à 15 000 bouteilles en 2018. Aujourd’hui, elle a créé une seconde unité de production à Abidjan.

Une séance de questions-réponses a permis aux femmes de Mtn d’apprendre beaucoup de ces deux modèles féminins de réussite que sont la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou et Mabel Adékambi.

« C’est vrai que la journée d’aujourd’hui est différente de celles des années antérieures parce que cette année nous avons voulu marquer le fait que l’entreprise a pris conscience qu’il y a nécessité de développer un peu plus la femme. Pendant longtemps, elles ont parlé, elles ont réclamé des choses sur lesquelles l’entreprise n’a pas réellement pris des actions. Il n’est jamais trop tard. Cette année nous avons voulu leur dire oui il y a beaucoup de choses qui existent déjà au sein de l’entreprise que nous pouvons utiliser autrement, c’est-à-dire voir le nombre de femmes à des postes de responsabilité, grandir et pouvoir avoir cette diversité que nous cherchons au sein de l‘entreprise. Le développement d’un être humain ne se fait pas en une année. Il s’agit d’un programme continu qui va se dérouler à court, moyen et long terme. A partir d’aujourd’hui, nous avons pris l’engagement que c’est quelque chose que nous devons faire tous les jours. Nous avons axé le programme sur trois points, la gestion de carrière de nos dames, le bien-être de nos dames, le développement personnel. Parce que nous avons compris que c’est sur ces points que les femmes sont en retard par rapport aux hommes. Le message que je vais porter aux femmes est que nous sommes toutes des employées au sein de l’entreprise. Nous avons des droits et des devoirs et l’entreprise également à des droits et des devoirs. Oui l’entreprise a entendu notre cris de cœur pour dire mettez un plus l’accent sur le développement des dames mais derrière nous ne pouvons pas perdre de vue que quel que soit ce que l’entreprise fera pour nous, notre développement commence par nous-mêmes ».

Viviane Sissuh, Directrice des ressources humaines de Mtn

« Nous avons remarqué aujourd’hui que la fête des femmes, contrairement aux années précédentes n’est plus une question de parole, une question de simple célébration mais une question d’action. Qu’est-ce nous avons à faire en tant que femme pour mériter de faire partir de la société. Nous ne prônons plus l’égalité avec les hommes mais nous prenons plutôt notre place en tant que femme. Nous sommes complémentaires avec les hommes et ce qu’un homme peut faire, une femme également peut le faire. Particulièrement j’applaudis ce programme parce qu’en tant que femme ayant déjà fait un certain nombre d’années à Mtn, on se demande souvent avec tout ce que nous avons comme obligations familiales, obligations de mère et d’épouse, comment est-ce que nous pouvons nous en sortir. Plus vous vous occupez de votre boulot, plus vous êtes performante, plus vous n’êtes pas une mère convenable. On n’arrive pas à équilibrer. Aujourd’hui, ce programme nous parle d’équilibre. Il va nous aider à performer au boulot autant être une mère, une épouse comme il faut ».

Esther Gannyi-Akue, Spécialiste-Recrutement/Drh Mtn

Source: Matin Libre